Hernie discale L5-S1 : c’est quoi exactement ?

Il existe une multitude d’hernies discales mais ce type précis est appelée communément lombosciatique car elle entraîne à la fois la dernière lombaire mais aussi la première vertèbre sacrée. Les manifestations de cette maladie sont importantes car elles concernent deux parties différentes de la colonne vertébrale.

Des symptômes particuliers

Hernie discale

Les personnes touchées par ce type d’hernie discale vont développer deux séries de symptômes, à savoir ceux correspondant à la lombaire L5 et ceux qui correspondent à la S1. Au niveau de la lombaire L5, la douleur descend du côté externe de la cuisse et de la jambe, parcourt le dos du pied jusqu’au talon et touche le gros orteil. Le trajet de la douleur est donc particulièrement important.

Si la S1 est touchée, la douleur se caractérise par une atteinte au niveau de la fesse, la face postérieure de la cuisse et de la jambe, continue au niveau de la plante du pied et va arriver jusqu’au petit orteil.

Lorsque cette vertèbre est touchée, la personne peut développer des dysesthésies. Dans tous les cas, la conjonction des deux douleurs rend ce type d’hernie discale particulièrement importante. Elle empêche en effet un grand nombre de mouvements avec une douleur qui irradie depuis le dos jusque dans l’ensemble de la jambe.

Des conséquences caractéristiques

Hernie discaleDans ce type d’hernie discale, le rachis est douloureux en permanence et encore plus lorsqu’il est mobilisé pour effectuer un déplacement. La réponse corporelle est en effet inadaptée car elle tente de pallier la défaillance du dos en contractant les muscles du dos.

Il y a donc souvent contracture des muscles paravertébraux qui vont occasionner des douleurs supplémentaires autour de la hernie discale.

On peut trouver chez certains patients le problème appelé « la sonnette », à savoir que la douleur se ressent lorsqu’on appuie sur les muscles lombaires. Cela confirme alors le diagnostic de lombosciatique.

Chez ces patients, le signe de Lasègue apparaît dans la majorité des cas, à savoir que l’utilisation de la jambe va être limitée par une décharge douloureuse qui survient en arrivant à un certain angle de la jambe par rapport au dos.

Il est alors impossible de marcher ou même de poser le pied à plat dans la majorité des cas. Lorsque la S1 est touchée, il est même possible de constater que le nerf achilléen se trouvant dans le talon peut être insensible.